L'épopée 2002

6e tour de la Coupe de France

‘‘La Montagne’’ du 30 octobre 2002 :

LES MARTRES-DE-VEYRE - AS MOULINS (CFA2)
 du 3 novembre 2002
Les Martres-de-Veyre : un esprit de famille

A 81 ans, la voilà qui retrouve des jambes de vingt ans et un appétit d'adolescent. Il s'agit de l'US Les Martres-de-Veyre qui affrontera Moulins pour le compte du 6e tour de la Coupe de France.

 Certes, l'US Les Martres-de-Veyre, qui évolue en Division d'Honneur Régionale, ne s'attend pas à dévorer les Moulinois, pensionnaires de CFA2, mais la Coupe de France est souvent généreuse en surprises et les Martrois joueront ce 6e tour sans pression.

Ils ont déjà réalisé un parcours sans faute et leur souhait, quitte à sortir de la compétition, était de tomber face à un gros calibre.

 Il y a une quinzaine d'années, déjà, les joueurs des Martres ont été battus, au même stade de la coupe par Thiers. Aujourd'hui, le président Henri Deschaume compte beaucoup sur l'esprit familial du club pour mettre en synergie les volontés offensives, pour jouer un vilain tour aux Bourbonnais. Ils ont des réserves de malice et l'ogre bourbonnais devra se montrer en grande forme, dimanche.


En fait, chez le Petit Poucet auvergnat, on est bien organisé depuis longtemps. L'école de football, pour les débutants, les poussins et les benjamins, a été dynamisée, grâce à une convention signée avec le District. Huit éducateurs ont été formés en deux ans et cette ancienne place forte du ballon rond est en passe de redevenir une vraie forteresse, grâce à de fidèles partenaires, à son bon noyau de public et surtout à son bloc structuré et fort actif de dirigeants où chacun s'investit avec enthousiasme. " C'est impressionnant !" constate Henri Deschaume, qui se frotte les mains en voyant sa douzaine d'équipes et ses 250 licenciés participer aux joutes des divers championnats.

 Ce qu'il attend, Henri Deschaume, c'est la solidarité et la motivation dont ses troupes sont coutumières. L'espoir est le même pour Jean-Pascal Gourdon qui connaît la difficulté du défi.

 Ses joueurs, les mêmes que ceux qui évoluaient la saison dernière en Promotion d'Honneur Régionale, sont co-leaders de la DHR avec Cournon et il compte bien sur l'esprit de corps de ses hommes devant une formation techniquement supérieure. "Ce match, dit-il, arrive à un très bon moment, nous allons l'aborder avec le plus grand sérieux, sans fermer le jeu. Mais pas question de partir à l'abordage.

" Notre groupe, un mélange de jeunes et d'anciens, est solide et motivé. Nous allons nous appuyer sur une bonne défense, essayer de gagner les duels. Et puis en attaque, depuis quelques temps, nous sommes réalistes. Avec nos moyens, nous allons essayer de pratiquer un bon football".

 
‘‘La Montagne’’ du 2 novembre 2002 :
USMV - AS Moulins : Qui brisera le respect ?

Accéder pour la première fois de leur histoire au 7e tour de la Coupe de France, Les Martres-de-Veyre ne sont plus qu'à une marche de cet exploit. Or, cette marche à gravir sera plus haute qu'à l'accoutumée puisqu'elle équivaudra aux deux divisions que les Martrois rendront au pensionnaire de CFA2, l'AS Moulins.

 Après avoir sorti des adversaires hiérarchiquement inférieurs, les joueurs de Jean-Pascal Gourdon enfileront le costume d'outsiders. "Le groupe est bien, serein et ce match, je le sens bien, annonce l'entraîneur des Martres. Nous avons de l'ambition tout en respectant Moulins. "

Sérénité, plaisir sont les maîtres mots, même si l'excitation de se retrouver en haut de l'affiche exsude. "C'est rare que l'on parle de nous, alors la Coupe est présente dans toutes les têtes, reconnaît Jean-Pascal Gourdon. L'excitation existe même si la pression est redescendue avec le succès en championnat contre Mauriac, le week-end dernier".


Avec un effectif au complet, les Martrois chercheront à confirmer leur magnifique place de leader de DHR dans l'année suivant leur accession. "Moulins, en qualité de favori, va nous mettre la pression tout de suite, s'attend Jean-Pascal Gourdon. Face à cela, nous ne resterons pas sur la défensive tout le temps, nous essayerons même de les faire rapidement douter car nous avons nos chances".


L'AS Moulins à 100 %
Alain Larvaron, l'entraîneur moulinois a lui le problème inverse pour former son équipe. Plutôt habitué à jongler avec les suspendus et les blessés, le technicien disposait de son effectif en entier. L'embarras du choix. Même mieux, le nouveau milieu de terrain offensif Gabriel Leonardo Letierry (ex-Gueugnon L2) a été qualifié plus tôt que prévu : "Je préfère une situation comme celle-ci, avoue Alain Larvaron, car je m'attends à un match difficile. Il faudra éviter le piège parce que nous serons très attendus par une formation très motivée".


Restant sur une bonne série tant en coupe qu'en championnat, les Asémistes souhaitent poursuivre sur leur élan et ne pas prendre à la légère leur adversaire du jour : " Les joueurs devront rester humbles. Il ne faut pas les sous-estimer. De plus, c'est le genre de rencontre dont j'attends beaucoup pour juger la motivation de mes joueurs. C'est un excellent test. Mais de toute façon, il n'y a pas de mystère, nous devrons être à 100 % pour nous imposer".

 
‘La Montagne’’ du 4 novembre 2002 :
USMV - AS Moulins : L'exploit au bout de l'effort (3-1 AP)

LES MARTRES-DE-VEYRE (Stade Emile-Rive). – Les Martres-de-Veyre battent Moulins (CFA 2)  3-1 après prolongation (0-1, 1-1).
 Arbitrage de MM. Chaoui, Raguenau et Bonnet. 250 spectateurs environ.


Les buts pour Les Martres-de-Veyre : Boulard (82e et 116e), Lecour (98e sur penalty) ; pour Moulins : Chartier   (26e).

 Avertissements aux Martres-de-Veyre : Lecour (48e), Boulard (59e), Altunluoglu (61e), Javion (120e + 2) ; à Moulins : Cohade (17e et 119e), Gay (52e), Lettieri (81e), Olympio (88e).




Composition de l'équipe des Martres-de-Veyre :  Chalet - C. Mandonnet (Javion 93e), Gauthier, Robert, Lang (Faure 46e) - Gomot, Lecour, Altunluoglu (Guelle 70e), Boulard - Chazelle, W. Mandonnet.

Cent vingts minutes sans le moindre relâchement physique, Les Martres-de-Veyre, équipe de marathoniens dotés de belles qualités footballistiques, sont allés chercher l'exploit au bout du suspense, au bout de l'effort. Pour la première fois de leur histoire, ils accèdent au septième tour de la Coupe de France après une splendide victoire (3-1) face à des Moulinois "trop suffisants" au goût de leur entraîneur, Alain Larvaron.

 Pourtant, en première période, Moulins s'était mis dans les meilleures conditions en prenant l'avantage dès la 26e minute. Sur une touche, Maquin et Cohade manoeuvraient bien sur l'aile droite et l'ex-Clermontois centrait pour une tête plongeante imparable de Chartier. Ce but était le résultat de la légère domination moulinoise. Souvent présents à la retombée du ballon, accélérant à leur guise, les Moulinois auraient pu créer une différence plus nette sur une tête trop enlevée d'Olympio (15e) ou sur une frappe flottante de Daraa claquée sur le dessus de la transversale par Chalet (40e).


Dès la reprise, Fugier (49e) et Camara (50e) étaient tout proches de mettre les leurs à l'abri mais, petit à petit, les débats changeaient d'âmes. Imperceptiblement, les Moulinois reculaient en manquant de précision en milieu de terrain et en subissant la fraîcheur et l'envie adverses. Le réel danger ne venait qu'à la 82e minute, Gay perdait un énième ballon vers la ligne médiane, Boulard accélérait sur 40 mètres et passait en revue toute la défense pour égaliser (1-1).

 La folie gagnait le camp martrois. A l'unisson derrière Boulard, les joueurs de Jean-Pascal Gourdon transformaient leur ascendant physique en supériorité technique et même totale.
En prolongation, "l'increvable" Chazelle, en bout de course, était repris en sandwich par Olympio et Cohade dans la surface . Le capitaine Lecour ne tremblait pas sur le penalty consécutif (2-1, 98e). Hormis un tir de Maquin détourné sur l'arête de ses montants par Chalet (104e), les Moulinois ne sortaient plus la tête de l'eau et évitaient de justesse le KO sur deux nouvelles chevauchées de Chazelle (109e) et Boulard (113e). Finalement, sur un long coup-franc de Gauthier, Boulard, de demi-volée, après un rebond, envoyait Les Martres-de-Veyre vers un onirique septième tour face, selon les rêves, au Clermont Foot ou à Saint-Etienne.

7e tour de la Coupe de France 
‘‘La Montagne’’ du 22 novembre 2002 :
LES MARTRES-DE-VEYRE - FC BOURGES (CFA)
du 24 novembre 2002
Jean-Pascal Gourdon : "Vivement dimanche !"


C'est l'éternelle histoire du "petit" qui, en Coupe de France, veut manger le plus gros. Pour sa première participation au 7e tour, dimanche sur sa pelouse du stade Emile-Rive, l'US Les Martres-de-Veyre, promue en DHR, se frottera au FC Bourges qui évolue trois divisions au-dessus, dans le groupe D du CFA dont il occupe la 5e place après douze journées (*).


"Depuis le tirage effectué il y a 15 jours, ce match à tendance à mobiliser les esprits, admet l'entraîneur Jean-Pascal Gourdon qui est aux manettes techniques du club de la banlieue sud de Clermont depuis huit saisons. Cela s'est répercuté lors de nos deux derniers matchs de championnat (défaite à Polignac 5-2 et courte victoire  contre Brioude 1-0). Il est vrai que l'on commence à devenir des cibles privilégiées à cause de notre bon départ en championnat (Les Martres sont 4es avec 20 points) et aussi de notre parcours en Coupe qui nous met sous les feux de l'actualité. Mais on ne va pas se plaindre".


Pour préparer la réception des Berrichons, Jean-Pascal Gourdon n'a pas souhaité changer les habitudes. Un entraînement mardi soir, un autre ce soir et rendez-vous sur les coups de midi, dimanche pour boire le café et la causerie. 

"Ce n'est pas la peine de rajouter de la pression sur le dos des joueurs. De plus, j'ai prévu des séances allégées cette semaine, afin de décompresser et d'emmagasiner du jus, car ma principale crainte est de savoir si nous tiendrons physiquement", raconte l'entraîneur martrois qui disposera d'un effectif au grand complet pour composer le groupe de 16 noms qui tentera de créer l'exploit, comme il l'a réalisé contre l'AS Moulins (CFA2) le plus logiquement du monde, au tour précédent (3-1, ap).

"Pourquoi ne pas recommencer", lance Jean-Pascal Gourdon qui est allé superviser les Berruyers samedi dernier (0-0 contre Tours) et qui est revenu impressionné. "Bourges , c'est vraiment solide à tous les niveaux, avec des joueurs expérimentés, comme le défenseur Di Bernardo, le milieu Lestrade ou l'attaquant Salahovic, qui ont connu le niveau au-dessus. Mais on ne partira pas battus d'avance, loin de là. J'ai même ma petite idée pour les perturber".
Jean-Pascal Gourdon sait pertinemment que l'exploit passera  par un match parfait, avec des circonstances favorables et, probablement aussi, un zeste de réussite. "Je compte aussi sur le soutien du public que j'espère nombreux", conclut-il.
(*) L'US Les Martres-de-Veyre a déjà affronté une équipe de CFA en Coupe de France, il y a quatre ans, alors que le club évoluait en PH. Aurillac s'était imposé 3-1 après prolongation.


‘‘La Montagne’’ du 23 novembre 2002 :
USMV - FC Bourges : Pour un nouvel exploit 

 
Les joueurs des Martres-de-Veyre en veulent encore. Les promus en DHR ne se contentent pas d'avoir créer la surprise du tour précédent, en éliminant l'AS Moulins, pensionnaire de CFA2 (3-1 après prolongation), pour atteindre le 7e tour de la Coupe de France, une première dans l'histoire du club. Les hommes de Jean-Pascal Gourdon ont bien l'intention de jouer leur chance à fond, demain après-midi (coup d'envoi à 14h30) sur leur pelouse du stade Emile-Rive, face au FC Bourges.


La tâche sera encore plus ardue face à des Berruyers qui tiennent une solide 5e place dans le groupe D de CFA. Mais l'entraîneur martrois veut résolument optimiste. "Je m'attends à une partie difficile, bien sûr, mais si on tient le choc durant les premières 30 minutes, tout sera possible. Il faudra tenir tout en jouant au football". Dans cette optique, le meneur de jeu Boulard sera l'atout numéro 1 de l'USMV.


Face à l'armada berruyère, que Gourdon est allé espionner, l'équipe des Martres se présentera dans son organisation habituelle, s'appuyant sur son équipe type. "Mais je demanderais sans doute aux deux attaquants de couloirs d'assumer plus de travail défensif". L'entraîneur martrois redoute aussi la bataille du milieu, "où Bourges présentes une densité énorme".

Sur la durée, son équipe pourrait montrer ses limites physiques. "On a repris du jus cette semaine. Mais c'est vrai que pour nous, amateurs, ça commence à être dur. On sait qu'on payera ce parcours en Coupe tôt ou tard. Mais en championnat, on ne joue que le maintien. Et pour l'instant c'est plutôt bien parti. En plus, on a de la réserve. Finalement, je pense que l'envie et la chance feront la différence".


De son côté, le FC Bourges a justement l'intention de ne rien laisser au hasard. "Confiance mais méfiance" : tel est le mot d'ordre martelé par Pavlé Kostanic, cette semaine à ses joueurs. Le coach berruyer avait pris ses fonctions l'an dernier, à l'occasion du 7e tour de la Coupe perdu par Bourges, face à Ajaccio (0-2). Cette fois, le club du Cher s'est fixé un 32e de finale comme objectif minimum. Et pour assumer sans trembler son statut de favori, eu égard aux trois divisions d'écart, le FCB tentera de se rendre le match facile, le plus rapidement possible.
Bourges se présentera aux Martres sans ses deux éléments suspendus, Bengriba et Di Bernardo, ni sans Diop, blessé au genou.

‘‘La Montagne’’ du 25 novembre 2002 :
USMV - FC Bourges : Les Martrois craquent sur la fin (0-3)

LES MARTRES-DE-VEYRE (stade Emile-Rive) - FC Bourges (CFA) bat US Les Martres-de-Veyre (DHR) 3 à 0 (mi-temps 0-0). Temps frais et pluvieux, pelouse grasse, 700 spectateurs environ. 

Buts pour Bourges : Lestrade (73e), Salahovic (85e), Di Bernardo (90e + 4). 

Avertissements aux Martres : Chazelle (34e), Robert (58e), Gomot (70e) ; à Bourges : Zerdouk (82e).

Composition de l'équipe des Martres-de-Veyre :   Chalet - Robert, Gauthier, Faure - Gomot (Javion 88e), Lecour (cap.), C. Mandonnet (Lang 80e), Boulard - Altunluoglu (Guelle 62e), W. Mandonnet, Chazelle.
 

L'US Martres-de-Veyre a logiquement subi la loi du FC Bourges, hier, en s'inclinant 3 à 0. L'équipe du Puy-de-Dôme a longuement résisté à la formation berruyère, malgré les trois divisions d'écart. Mais elle a craqué dans le dernier quart d'heure, péchant par inexpérience. 

"On avait tenu jusqu'à la mi-temps et je savais qu'ensuite, ça ne se jouerait pas à grand chose. Mais je suis déçu car on encaisse le premier but à la suite d'un corner pour nous. On est tombé sur une bonne équipe. Ce match nous servira pour la suite", estimait l'entraîneur Jean-Pascal Gourdon, dont l'équipe n'avait jamais atteint le 7e tour.
C'est donc avec prudence que les Martrois débutaient le match, s'attachant d'abord à maitriser une formation berruyère au sein de laquelle le capitaine et tour de contrôle de la défense, Di Bernardo, était finalement qualifié (il sera suspendu le week-end prochain). Chalet, le portier local, ne manquait pas de travail durant la première mi-temps. Il s'interposait avec brio sur les nombreux centres berruyers et sur une reprise acrobatique de Belradjaa (28e).

 Le reste du temps, l'imprécision des visiteurs permettaient aux Martrois de tenir. La frappe de Zerdouk passait juste à côté (13e) de même que la tête de Di Bernardo (35e), tandis que le coup franc direct de Guebels trouvait le poteau gauche de Chalet (27e).

 Ménage, son homologue berruyer, passait 45 minutes plutôt tranquilles. Tout juste suivait-il du regard une belle frappe enroulée de Chazelle qui frolait la lucarne (29e).


En deuxième période, l'équipe des Martres, plus entreprenante, cédait sur deux contres rondement menés. A la suite d'un corner en faveur des locaux, consécutif à une nouvelle tentative de Chazelle que Ménage détournait (72e), Tomscyk exploitait le mauvais replacement de la défense martroise pour décaler Lestrade, lequel battait Chalet d'une balle piquée.


Le deuxième tournant intervenait à la 84e, quand l'arbitre refusait logiquement l'égalisation à Chazelle pour une faute préalable. Dans la foulée, Tomscyk s'échappait une seconde fois côté gauche pour servir Salahovic qui réussissait le break. Rien ne pouvait plus arriver aux visiteurs qui corsaient l'addition sur l'ultime corner, repris de la tête au premier poteau par Di Bernardo.
Le FC Bourges a su se montrer patient, attendant son heure pour porter l'estocade. Les Berruyers, éliminés à ce stade l'an dernier, poursuivent l'aventure. A la grande satisfaction de leur coach, Pavlé Kostanic : " On savait qu'on n'aurait pas la partie facile. L'équipe des Martres a joué de façon engagée mais on s'y attendait. Comme on n'a pas pu débloquer la situation rapidement, il fallait rester sereins, lucides. Au final, on marque trois beaux buts. Maintenant, on espère aller le plus loin possible. La Coupe est importante pour nous, à commencer par les joueurs".

Ce jour-là, les petits ramasseurs de balle, dont certains sont encore licenciés à l'USMV, étaient également de la fête.

RAMASSEURS BOURGES

 

 

 


MAXIME BOURNEL

Maxime Bournel, coach des U18 PH.

COACHS

Chez les U8/U9

COACHS U9 16-17

Entourant Sébastien Rocha : Enzo De Freitas, Jérôme Rolles, David Delic et Mathis Amblard.

Chez les U10/U11

COACHS U11 16-17

De gauche à droite : Alexandre Picon, Thibault Laurent et Thomas Colombo.

L'ENCADREMENT DES STAGES

Ci-dessus (de gauche à droite) les éducateurs qui ont assuré l'encadrement du stage réservé aux U8 jusqu'au U11 : Damien Bournel, Dorian Boulard, Kevin Pradier et Thibaud Laurent. Ci-dessous, l'encadrement du stage réservé aux U12 jusqu'aux U15 : Dorian Boulard, Guillaume Blanc, Damien Bournel et Paul Martinez.