Union Sportive des Martres-de-Veyre Football : site officiel du club de foot de LES MARTRES DE VEYRE - footeo

L'histoire des terrains

UN PEU AVANT 1930 MIREFLEURS

Route de Mirefleurs, on se rend compte qu’un nombreux public était présent
pour assister à cette rencontre.

TERRAIN ROUTE DU CENDRE2

Il n’a pu être établi formellement où l’on jouait avant la Guerre 14-18. Néanmoins, après 1918, du temps où l’on pratiquait le football et le tir au sein des “Jeunes Patriotes Martrois”, c’est le terrain situé sur la commune de Mirefleurs, à quelque 200 mètres environ à droite après le pont, vers la croix, aujourd’hui déplacée au carrefour.
Par la suite, et notamment après la période de mise en sommeil du club (1930 à 1934) et sous l’impulsion du président Chouvy, soit de 1934 à 1939, les familles Bruyère et Tixier mettent à la disposition du club un terrain situé proche de l’actuelle salle des sports du CES, près de la voie ferrée.

Sur le terrain de la route du Cendre, la buvette était déjà
indispensable pour la bonne santé financière du club...

TERRAIN ROUTE DU CENDRE1

Après la Guerre 39-45, c’est sur la route du Cendre (prolongement de l’actuelle rue du Cendre) qu’évoluera l’USMV, et ce jusqu’en 1951. Ce terrain, propriété de F. Masson et M. Bruyère, situé côté Tobize (en face du passage souterrain SNCF), sera de nouveau opérationnel en 1954 pendant les travaux effectués sur le futur stade situé plus proche du village qui deviendra, le 13 février 1972, le stade Alphonse-Quinsat (ancien maire de la commune et ancien président du club), propriété des familles Masson, Martin, Rhome (ci-dessous).

Il s’y déroulera de nombreux exploits des Usémistes, terrain quelque peu fétiche que redoutaient la plupart des adversaires.


82-83 USMV-EDSM HON.

USMV - EDSM (1982-1983) au stade Alphonse-Quinsat. – Pascal Gourdon frappe au but, sous le regard de Jacques Moulin, dans cette rencontre de Division Honneur Auvergne. Victoire des Martrois 2-0 (buts de Gilles Solans et Pascal Gourdon).

Stade Alphonse-Quinsat

 
Le 7 janvier 1984, l’USMV élira domicile au stade des Cros (photo ci-dessous), appelé depuis décembre 1988 stade Emile-Rive (décision du Conseil municipal en date du 18 novembre 1987), du nom de son ancien président.
 

INAUG. STADE DES CROS

Les dirigeants présents à la veille du premier match sur le stade des Cros (désormais stade Emile-Rive), en janvier 1984 : Paul Batifaud, Michel Terribile, Lino Parpinelli, Roger Pachon, Jacques Venturini, Jacques Trémouille, René Lebech, Joël Fourneuve, Emile Rive, Dominique Clément, Henri Deschaume.

Le stade Emile-Rive est classé en catégorie 4 et peut accueillir des rencontres de championnat jusqu’en Division d’Honneur, mais aussi des rencontres de Coupe de France face à des équipes évoluant en “National”. L’homologation en cours, valable dix ans, date de novembre 2009. Espérons que cette décennie verra l’USMV Foot profiter à plein des capacités d’accueil de ce stade.

TERRAIN

FOYER

Le foyer du stade Emile-Rive.

PAROLES DE FOOTBALLEURS...

‘‘Un grand qui saute arrive toujours plus haut qu’un petit qui saute’’ (Guy Roux).
‘‘J’aimerais bien jouer dans un club italien. Comme au Barça par exemple’’ (Mark Draper).
‘‘Je trinque souvent très rarement’’ (Sylvain Wiltord).
‘‘Il ne faut pas brûler la peau de l’ours avant de l’avoir vendue’’ (Abdeslam Ouaddou).
‘‘On est des joueurs qu’on va vite avec le ballon’’ (Franck Ribéry).
‘‘Siffler un penalty à ce moment du match, je n’ai pas peur de le dire, monsieur l’arbitre, vous êtes un salaud !’’ (Thierry Rolland).
‘‘Attention aux joueurs de la Serbie-Monténégro, parce que dans le jeu aérien, ils ne sont pas manchots’’ (Thierry Rolland).
‘‘Si je devais me noter sur 10, je me mettrais un 11" (José Mourinho).
‘‘Etre dans la surface de réparation et ne pas tirer, c'est comme danser avec sa sœur’’ (Diego Maradona).
Cantona m’a dit un jour, alors que je lui annonçais qu’il était remplaçant : "On ne met pas Canto sur le banc". Je lui ai répondu : "Alors, prends une chaise et assieds-toi à côté" (Raymond Goethals).